Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un Peu Sur Moi

  • : Monde Imagin'Air
  • Monde Imagin'Air
  • : Des photos et des mots ou des mots et des photos...un partage au goût de l'émotion de l'imagin'Air
  • Contact

 pour devenir

 

Merci pour vos visites.

En Juillet 2012

 vous avez été

403 visiteurs

à tourner ces pages

et 20983 visiteurs

depuis la création

de ce poétic'blog.

L'imagin'air continue

à produire des mots

qui se fondent

dans l'horizon

 

ceux de tous...

 


   

Ce n’est pas simple
De partir en voyage.
Pas si simple
Quand la destination
Est l'île de la sérénité.
Libres de s'accrocher
Pour un temps à la forme, 
A la couleur d'un nuage,
Perdu dans un aplat de bleu,
Au dessin des collines lointaines,
Pensées aléatoires,
C'est avec des mots
Posés, parfois osés,
Toujours partagés
Que nous donnons un corps 
A notre espérance...
C'est ça..
Le monde Imagin'Air !

 

Dans Le Temps

16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 09:12

autolouange5-1© Tous droits réservés Imagin'Air

 

Il n’a pas de forme particulière,
Il a toutes les formes de la nuit.
Il est la respiration, un souffle,
Il est la voix du vent absent,
Et la pâleur de la lune voilée.
Il est le chant de la colombe
Suspendu au lever du jour.
Il est le monde en apesanteur,
Où le chat aux yeux captifs
Se faufile entre les serments
D’un vignoble aux raisins ivres.
Il est partout et ailleurs…
Dans les bruissements secrets,
Dans l’essence de ce monde
 Et dans l’instant qui se languit.
Il est venu, sans prévenir,
Sans éclair dans le ciel,
Sans roulement de tambour,
Sans un quelconque signe.
Il est venu à l’improviste,
Comme un embaumeur
Pour me faire mourir un peu
Au-delà de l'apaisement…
Il savait que je l'attendais,
Il connaissait mes veilles,
Il connaissait mes songes,
Il connaissait mon cœur
Et les questions enfuies
Au fond de mes abîmes.
Peintre de nuit et d’aurore,
Il joue avec les couleurs…
Le bleu, de la quiétude
Où s’immergent nos espoirs,
Le bleu des délivrances,
D’une vague qui touche Terre,
Le rouge de l’ivresse
Du feu de nos frôlements.
Il mélange du rouge au bleu
Pour le mauve de nos amours,
Et le violacé de nos déraisons.
Il prend un regard canaille,
Comme un printemps disparu,
Qui s'élèverait jusqu'aux nues
Après le bruit d’un silence.
Il est là, annonciateur,
Mon rêve éveillé …

  

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pages