Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un Peu Sur Moi

  • : Monde Imagin'Air
  • Monde Imagin'Air
  • : Des photos et des mots ou des mots et des photos...un partage au goût de l'émotion de l'imagin'Air
  • Contact

 pour devenir

 

Merci pour vos visites.

En Juillet 2012

 vous avez été

403 visiteurs

à tourner ces pages

et 20983 visiteurs

depuis la création

de ce poétic'blog.

L'imagin'air continue

à produire des mots

qui se fondent

dans l'horizon

 

ceux de tous...

 


   

Ce n’est pas simple
De partir en voyage.
Pas si simple
Quand la destination
Est l'île de la sérénité.
Libres de s'accrocher
Pour un temps à la forme, 
A la couleur d'un nuage,
Perdu dans un aplat de bleu,
Au dessin des collines lointaines,
Pensées aléatoires,
C'est avec des mots
Posés, parfois osés,
Toujours partagés
Que nous donnons un corps 
A notre espérance...
C'est ça..
Le monde Imagin'Air !

 

Dans Le Temps

11 août 2012 6 11 /08 /août /2012 09:02

autres-photos1.jpg© Tous droits réservés Imagin'Air 

 

C'est un petit moment,

Suspendu là

Moment pas sage,

Passage imprévu

L'esprit léger j'étais loin,

Plus vraiment la tête là.

J'ai flotté un peu près des îles,

Les autres, les vôtres, les tiennes

Touché, secoué, sourire, silence.

Parfois l'envie puissante d’abandonner,

Quand mon esprit embrumé

Est un peu égaré sur les terres

Où les questions poussent

Comme une mauvaise herbe.

Parfois l'envie rugissante

De contrer les colères,

Les mots qui blessent,

Les frappes de l’ombre. 

Essayer de rester soi même

Tantôt soulevé par la force

Tantôt perdu par la lassitude.

Messieurs les mots,

A la vie imprévisible,

Viennent frôler mes murs

Et se faufilent dans mes mains,

En une seconde y aller

Deux secondes, tout envoyer chier

Trois secondes, pour me retrouver

Quatre secondes, s'imaginer noyé

Cinq secondes si belle, si belle

Six, sept, huit, neuf

Saisir le juste mot,

Celui que l'on découvre

Que l'on sert de force,

Celui qui nous fait croire

Que l'on a enfin trouvé

Une pierre inestimable.

Dix, onze, douze

Et l'envie enivrante d'être debout,

Poings fermés serrés soudés,

Corps solide et regard droit,

Force violente, confiance aveugle,

Comme si c'était bon,

Comme si on avait trouvé l'autre

Pour des secondes de bonheur

Qui riment en milliers d’heures.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pages